Catégorie : Voeux au conseil municipal

#Melun, Protection du massif de #Bréviande, notre voeu est rejeté par la majorité, l’opposition socialiste et communiste s’abstient

La question du contournement de Melun est prégnante depuis les années 1990. Bien que les associations locales ainsi que plusieurs communes concernées aient proposé des solutions raisonnables et alternatives, c’est le projet autoroutier (anciennement C5) qui a été mis en avant par les pouvoirs publics. Ce projet de […]

La majorité refuse nos voeux en faveur d’une politique responsable pour limiter la pollution de l’air à Melun, l’opposition socialiste et communiste quitte la salle du conseil, visiblement pas concernée par le sujet, ou s’abstient.

Après avoir dénoncé cet hiver l’inaction de la majorité municipale devant les résultats inquiétant de notre enquête sur la pollution de l’air à Melun, nous avons fait des propositions concrètes au conseil municipal. La majorité a voté contre, les socialistes et les communistes ont quitté la salle du conseil, visiblement […]

Inondations – Vœu en faveur de la protection de la Bassée proposé par le groupe politique Bien Vivre à Melun au conseil municipal du jeudi 23 juin 2016, finalement présenté et rejeté au CM du 22 septembre 2016 (ce même voeu a été proposé au conseil d’agglomération Melun-Val de Seine CAMVS et refusé également)

Ce voeu qui demandait au conseil départemental de Seine et Marne de reconsidérer son soutien au projet de mise à grand gabarit de la Seine entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur-Seine qui abimera de manière irrémédiable la zone humide de la Bassée et augmentera les risques d’inondation pour toutes les communes […]

Voeu pour la commémoration de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions

Au dernier conseil municipal nous vous demandions pourquoi la municipalité n’avait rien organisé à l’occasion du 10 mai 2014 dans le cadre de la journée nationale de commémoration de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. « Cette commémoration n’est ni un acte de contrition, ni un geste de repentance et encore moins un acte d’accusation. Elle se veut comme un moment où la République et la Nation regardent leur histoire. »