Écologie

Transports et mobilités, ma réponse au Parisien sur le bilan de Louis Vogel

89DD2D61-506C-4C93-8CCC-088C52875A51

Le Parisien 77 m’a interrogée sur le bilan de Louis Vogel en matière de transports. Dans son message la journaliste m’écrivait :  » je pense axer sur les modes alternatifs  à la voiture dan Melun : le vélo et les pistes cyclables et un peu les bus et le Tzen 2″

Voici ma réponse complète et un lien vers l’article du parisien :

Première chose : notre ville est extrêmement polluée et de plus en plus puisque le trafic du fait même de l’augmentation du nombre d’habitants a augmenté. 

Face à ce constat dramatique et à son incidence sur notre santé et le réchauffement climatique le maire n’a strictement rien fait. Pire non seulement il ne fait rien mais ses projets politiques empirent les choses (urbanisation intensive) ou vont empirer les choses, le pôle gare et la création d’un parking supplémentaire de 350 places supplémentaires (qui s’ajouteront aux 800 places actuelles) en intensifiant la convergence du trafic vers la gare. Les enfants et les personnes âgées ou malades sont les premières à souffrir mais nous sommes tous menacés. Cette pollution nous empoisonne lentement mais sûrement. 

Nous avons porté des propositions au conseil municipal pour diminuer le trafic routier dans la ville et dissuader le trafic de transit (institution d’une zone à trafic limitée, péage urbain, déplacement du péage des éprunes, des parkings relais au prix d’un ticket de bus desservis par les transports en commun gratuits pour celles et ceux qui paient le parking).

Nous avons insisté pour que le développement des pistes cyclables et des mobilités actives qui est une partie seulement mais une partie importante de la réponse soit non seulement considérablement accéléré mais qu’il obéisse à un plan qui permette le développement de liaisons structurantes à l’échelle de l’agglomération.

Le maire n’a réalisé que 500 m de pistes cyclables sécurisées, quelques dessins sur des rues secondaires et des sens interdits cyclables, l’ensemble est sans queue ni tête, non relié et ne permet pas aux cyclistes de se déplacer en sécurité.

Des gens nous disent que pour se déplacer en vélo à Melun « il faut être vraiment militant, si on manque d’aisance ou de conviction, on a peur ». Tout le monde souligne que c’est dangereux. Il faut de vraies pistes cyclables sécurisées et la construction d’un réseau structurant avec des parkings pour les vélos répartis intelligemment dans la ville.

Nous sommes arrivés à la conviction qu’il faut contraindre la place des transports individuels motorisés et encourager une relocalisation de l’économie qui permette de diminuer le transport de marchandises. C’est la seule solution si nous voulons lutter efficacement contre la pollution et le réchauffement climatique. Ce projet rencontre l’opposition féroce des lobbies de l’automobile, des transports routiers et maintenant de la logistique qui capte la distribution des biens. Et, du plus important de ces lobbies : celui du pétrole qui organise notre dépendance à la voiture, au camion et aux transports autoroutiers. 

C’est eux et leurs alliés à la mairie qui organisent notre dépendance à la voiture en empêchant que se développe un réseau de transport en commun efficace et gratuit. Projet que nous portons avec la gratuité des transports en commun et l’institution de lignes en site propre à haut niveau de service. C’est aussi une question de justice sociale. Beaucoup de nos concitoyens à Melun n’ont pas de voiture et sont dépendants de transports en commun insuffisants bloqués aux heures de pointe dans les embouteillages. C’est la double peine être dépendants des transports en commun sous-dimensionnés donc saturés, soumis aux embouteillages du fait du trop grand nombre de voitures, soumis à la pollution dans la ville et dans les quartiers populaires souvent cernés par les grands axes autoroutiers alors même qu’eux-mêmes n’ont pas de voiture. Là aussi le maire a montré son incapacité. Il n’a même pas été capable d’assurer la réalisation du projet TZen qu’il a pourtant défendu avec ardeur sur son tronçon sud, le seul qui avait un intérêt social et écologique.

Pour ne rien dire de son impuissance édifiante à faire que la Gare de Melun soit enfin accessible !! Il a là encore montré son désintérêt pour la vie des melunais et, en particulier, les plus discriminés d’entre nous. Il a renoncé par avance de se battre sur cette question là par intérêt politique et désintérêt pour les gens.

Bénédicte Monville

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/municipales-a-melun-des-pistes-cyclables-pour-decongestionner-le-trafic-19-11-2019-8196873.php

1 réponse »

  1. L’urbanisation galopante du Nord de Melun, va favoriser le débordement de l’almont et de la Seine à l’endroit de leur confluence.
    Le quartier du marché Gaillardon, l’Ile saint Etienne, bref tous les habitants du centre ville vont apprécier les pluies diluviennes (de plus en plus nombreuses).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s