Chateaubriand

Travail, destruction de la nature, santé, éducation, intensification du trafic, voici les questions soumises au conseil municipal de Melun du jeudi 27 juin 2019 par @BienVivreàMelun

1. Nous avons appris par la presse qu’une plateforme de logistique allait être réalisée sur le site de Melun Villaroche par la société Elcimaï pour le compte du groupe La Poste. 

    • Nous avons toujours dit notre désaccord avec ce modèle de développement qui détruit notre environnement et la biodiversité (ici ce sont 26000 m2 qui seront artificialisés et imperméabilisés), et ne crée aucun emploi mais se contente de déplacer des emplois d’une zone d’aménagement à une autre en fonction des facilités offertes par les communes et agglomérations. 
    • Nous avons toujours dit aussi notre scepticisme quant au développement de la logistique qui signifie davantage de circulation de marchandises sur des échelles toujours plus grandes quand nous devrions au contraire relocaliser nos activités économiques et qui constitue sûrement un des secteurs d’activité où l’emploi est parmi les plus précaires et les plus pénibles. À Tournan-en-Brie, le groupe conforma avait installé des entrepôts logistiques contre la promesse de 400 emplois mais le groupe vient d’annoncer qu’il allait supprimer 2000 emplois et les employé·e·s de Tournan-en-Brie sont légitimement inquiets. 

Aussi, nous vous demandons quelles garanties vous avez obtenues quant à la pérennité de cette activité de logistique et les 500 emplois promis ?

2. Votre programme de vente à la découpe des espaces encore disponibles sur le territoire de Melun, souvent malheureusement des espaces verts, entraine un accroissement conséquent de la population de la ville.

    • 2.1. Nous voudrions connaitre le nombre d’habitant·e·s supplémentaires total dont vous anticipez l’installation dans l’hypothèse où l’ensemble des programmes immobiliers que votre majorité a lancés trouveraient preneur ?
    • 2.2. Par conséquent, comment entendez-vous répondre à l’augmentation du nombre d’usager·e·s des services publics dans notre ville et en particulier pour ce qui concerne l’accès à la cantine pour les enfants scolarisés dans une des écoles maternelles ou primaires publiques de Melun ?
    • 2.3. Comment entendez-vous répondre à l’augmentation déjà perceptible et à venir du trafic routier qui fait que Melun et son agglomération Melun-Val de Seine montrent aujourd’hui déjà des taux de pollution de l’air extrêmement préoccupants pour la santé des habitant·e·s ?

3. Nos concitoyen·ne·s nous ont signalé et se sont émus de l’élagage d’arbres d’alignement au début du mois de mai dernier avenue de Meaux à Melun en pleine période de reproduction d’espèces d’oiseaux sauvages fréquentant le milieu urbain : pigeon ramier, tourterelle, corneille, pinsons des arbres… 

Cette pratique n’est pas conforme à la Charte de l’Arbre dont s’est dotée la ville de Melun. Elle n’est pas non plus conforme au droit européen qui impose, dans la directive « Oiseaux » du 30 novembre 2009, une protection stricte de tous les oiseaux sauvages pendant leur période de reproduction.

Nous vous rappelons que de nombreuses associations naturalistes, dont la Ligue de Protection des Oiseaux, ont alerté les collectivités territoriales sur le risque élevé que fait peser l’élagage de printemps sur la biodiversité locale des oiseaux et des insectes, alors que nous sommes entrés dans une phase de grande extinction principalement causée par l’activité humaine.

L’Agence Régionale de Biodiversité, à laquelle la ville de Melun adhère, recommande par ailleurs dans ses guides de bonne pratique de renoncer totalement à l’élagage de printemps.

Pouvez vous nous apporter les justifications à la mise en œuvre de cette pratique néfaste pour la biodiversité et les raisons pour lesquelles vous n’avez pas mis en œuvre les alternatives recommandées par tous les acteurs publics et associatifs œuvrant dans ce domaine ?

4. Votre majorité et Habitat 77 ont vendu un terrain à l’entrée nord de Melun un terrain qui doit accueillir un groupement d’ophtalmologistes libéraux. La vente que vous avez consentie à un prix inférieur à la valeur du terrain estimée par France Domaine est assortie de deux conditions : que les futurs lieux soient réservés à l’exercice d’une activité médicale libérale et  qu’un parking d’au moins 25 places soit créé pour accueillir les patients et les personnels. 

Nous nous étonnons de l’absence de deux conditions importantes :

    1. la garantie que les futurs praticiens ne dépassent pas les honoraires conventionnés par la sécurité sociale (seule garantie pour les habitant·e·s de pouvoir accéder aux soins)
    2. la présence d’une desserte digne de ce nom en transport en commun et accessible aux personnes handicapées. 

Nous voudrions par conséquent connaitre les dispositions que vous avez prises sur ces deux points ?  

5. Nous avons appris lors d’une réunion à la mairie avec le service éducation que 121 personnes seulement s’étaient inscrites sur la plateforme de soutien scolaire « prof express », mise en place par vos soins, sur les 2700 élèves de primaires que compte notre ville. C’est très peu et du coup le service est très cher, à peu près 18 000 €. Nous vous rappelons que l’argent de l’Etat est aussi l’argent de la collectivité. Ce chiffre, 121 personnes, confirme les critiques que nous émettions au conseil municipal sur l’inefficacité de ce type de dispositif sinon qu’ils servent à enrichir les fonds privés qui en sont à l’origine. C’est la raison pour laquelle nous avions voté contre. Nous réclamons toujours son abandon et la mise en place d’un véritable accompagnement à la scolarité et cet argent serait bien plus utile à subventionner les associations qui font ce travail. 

Entendez-vous pérenniser ce dispositif et si oui comment comptez-vous remédier à son échec patent ?

6. Le mouvement des gilets jaunes, représenté également à Melun, a mis en évidence la demande croissante des citoyen·ne·s pour davantage de démocratie. Or dans notre ville les instruments à notre disposition pour faire vivre la démocratie directe et locale sont très peu mobilisés voire pas du tout. Les habitant·e·s se plaignent régulièrement de conseils de quartier « noyautés » par la majorité, de l’absence de concertation réelle sur les projets importants pour le devenir de notre communauté, de l’imposition de projets pourtant refusés par une majorité d’habitant·e·s, comme récemment à Chateaubriand, de l’inexistence ou à peu près de budgets participatifs. 

Quelles réponses pouvez-vous nous apporter pour répondre à cette demande croissante dont nous devrions tous nous féliciter de démocratie dans notre ville ?

7. Nous avions, il y a déjà plusieurs mois, voté en conseil municipal une délibération autorisant le maire de Melun à engager une procédure d’abandon manifeste concernant les anciennes usines Vendrand le long de l’Almont. Nous avons pu constater l’implantation d’un panneau qui annonce encore une opération de promotion immobilière et encore des terres articficialisées et des arbres arrachés. 

Qu’en est-il ? 

Nous attendons de votre part des réponses précises et circonstanciées. 

Bénédicte Monville et Claude Bourquard

Conseillers municipaux d’opposition du groupe Bien Vivre à Melun

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s