Questions au conseil municipal

Voici les questions auxquelles le maire de #Melun @LouisVogel n’a pas voulu répondre pour la 2ème fois consécutive au conseil municipal de @VilleMelun #Terrainsynthétique #eau #logement #solspollués

1/ La ville de Melun vient d’investir 2 millions d’euros (de mémoire) dans la construction de deux terrains de foot synthétiques. Dès les années 2000, l’utilisation de ces gazons synthétiques fabriqués à partir de matières recyclées, et plus récemment de caoutchouc issu de pneus retraités suscitait des craintes. En 2015, une étude de l’université de Yale (USA), rendue publique mi 2015 et conduite par le professeur M. Benoit Gaboury sur la composition des terrains de sport synthétique montrait qu’elles étaient fondées. Le journal mensuel So Foot s’en est fait l’écho. Cette étude révèle la présence de 96 substances chimiques différentes dont 40% sont identifiées comme pouvant causer des problèmes respiratoires ou irritants pour la peau et les yeux et 20% sont classés cancérogènes probables. Cette étude soulève également la question des impacts environnementaux, notamment sur les milieux aquatiques. Et nous voudrions rappeler ici que ces terrains ont été construits le long de la Seine.

Quelles solutions envisagez-vous pour remédier à cette situation qui inquiète terriblement les joueurs et leur famille ?

2/ Une étude de l’association Robins des bois, publiée en 2017 http://www.robindesbois.org/votre-ecole-est-elle-toxique-suite/ recense les écoles qui dans notre région présentent des taux de pollution des sols au dessus des limites maximum au delà desquelles notre santé est mise à risque. À Melun, cette étude montre que deux groupe et établissement scolaires sont concernés ; le groupe scolaire Gabriel Leroy et Armand Cassagne et le collège Jacques Amyot.

3/ Le 10 décembre 2017, un homme sans-abris est mort de froid à Meaux. En 2012, l’INSSE recensait 141 000 personnes sans-domicile, un chiffre en augmentation constante depuis 2001. L’estimation du nombre de morts réel entre 2012 et 2016 fait état de 13 371 morts soit une moyenne annuelle de plus de 3300 morts (http://mortsdelarue.org/IMG/pdf/Rapport_12_pages_2016_WEB2-2.pdf). Ce chiffre est glaçant en particulier quand on le rapporte à la richesse produite dans notre pays, la France, sixième puissance économique mondiale. Alors que le programme expérimental « un chez soi d’abord » mis en œuvre sur la communauté du Grand-Lille, à Marseille et à Toulouse a prouvé qu’il coûtait moins cher à la puissance publique que de le laisser dans la rue, de nombreux maires choisissent au contraire d’installer du mobilier urbain anti-SDF jusqu’à parfois les asperger d’eau froide. La criminalisation de la pauvreté alors même que nous savons que le modèle économique que nous adoptons produit toujours davantage est incompréhensible et totalement irrationnel comme je viens de le démontrer. Melun n’échappe pas à la croissance constante de la population sans-abri. Pouvez-vous nous répondre précisément et de manière circonstanciée sur les actions mises en place par la mairie afin de répondre à ce scandale absolu ?

Nous savons que la mairie a refusée à l’association la Boussole Urbaine qui délivre des repas aux SDF dans notre ville le local qu’elle demandait et qu’elle vient de la prier de quitter la place Saint-Jean où elle opère et se rabatte sous un parking.

4/ Qu’est-ce que fait la mairie pour veiller, dans la mesure de ses prérogatives, au respect dans les règlements intérieurs des écoles de la ville du principe de laïcité, tel qu’il est défini par la loi de 1905, et tel qu’il a été rappelé par le conseil d’Etat en 2013 ?

5/ Pendant plusieurs semaines l’eau servie par Véolia dans la partie nord de notre ville a dépassé les seuils maximum de pollution en matière de pesticides : aucune information n’a été donnée aux usagers, nous n’avons reçu les analyses qu’à posteriori. Qu’est-ce que la mairie compte faire pour prévenir sa population et pour rappeler à son délégataire Veolia, ses obligations ?

La Communauté d’Agglomération Melun-Val de Seine (CMVS) vient justement d’être condamnée (même si le jugement n’est absolument pas à la hauteur des drames engendrés) pour avoir laissé fonctionner l’incinérateur de Vaux-le-Pénil qui dégageait des fumées toxiques aujourd’hui directement mises en causes dans les nombreux cas de cancer apparus sur la commune de Maincy située sous la trajectoire des vents depuis l’incinérateur.

IMG_1447

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s