Bénédicte Monville

Lycées : Mme Pécresse promeut une politique rétrograde et inégalitaire

Mme la Présidente, nous jugeons les politiques sur leurs actes et vos discours ne pourront pas éternellement cacher la réalité de votre politique. Vous prétendez augmenter le budget d’investissement pour les lycées de 5,5% par rapport à la prévision d’exécution 2015. Mais si nous comparons ce qui est comparable, le budget que vous proposez baisse de 8%.

Vous annoncez fonder votre budget sur la conviction que le lycée doit devenir le lieu de « la promotion sociale, de l’ambition et de la réussite ». Or, Mme la Présidente, votre conception de la promotion sociale ne semble adossée à aucune vision de l’égalité. En effet, il semble que vous ayez décidé de régler les problèmes des lycées publics en augmentant considérablement l’aide régionale aux lycées privés. Allez comprendre !

Ainsi, vous étendez l’aide régionale à la demi pension aux demi-pensionnaires des 193 lycées privés – c’était une demande des lycées privés, vous l’avez satisfaite – et, à compter de la rentrée 2016, vous accorderez aux lycées privés une dotation similaire à celle que la région accorde aux lycées publics pour la gratuité des manuels scolaires. A y regarder de plus près, l’enveloppe pour la gratuité des manuels scolaires va être amputée de quasiment 1M d’€ et c’est cette enveloppe diminuée de 15% que les élèves des lycées publics et privés devront se partager.

Si l’école est libre en France et que chacun peut faire le choix d’inscrire son enfant dans une école privée, la Région n’a pas à aider, plus qu’elle ne le fait déjà, au financement de choix particuliers. C’est aux institutions privées, si elles le souhaitent, de faire en sorte que leurs établissements soient accessibles à toutes les familles. Votre politique, en siphonnant les budgets des lycées publics au profit du privé, contribuera à la dégradation du service public de l’éducation et encouragera les familles à faire le choix du privé afin d’éviter des lycées publics qui n’ont plus la capacité de mener à bien leurs missions éducatives. Mme la Présidente, vous avez décidément une drôle de conception de la promotion sociale.

Vous prétendez également mettre en oeuvre des politiques en faveur de la sécurité. Cependant, Mme la Présidente, vous amputez l’argent alloué à la prévention et à la lutte contre les violences scolaires. Votre vision de la sécurité est exclusivement répressive et alors même que toutes les études montrent la faillite de l’approche sécuritaire, c’est celle que vous choisissez. En effet, vous préférez dépenser l’argent des contribuables de notre région dans des équipements de « sécurité » très chers, qui auront pour principal mérite de garantir une rente confortable aux entreprises qui les commercialisent, plutôt que dans le soutien à des programmes d’éducation et de prévention de la violence qui coûtent beaucoup moins cher pour une efficacité nettement supérieure.

Aujourd’hui où les lycéennes et les lycéens sont tous les jours confrontés à la complexité et à la violence sidérante d’évènements proches et lointains qui les font s’interroger sur le sens du monde dans lequel nous vivons, vous diminuez de près de 40% le budget consacré aux actions pour la citoyenneté, la participation lycéenne et la lutte contre les discriminations. Ces choix, Mme la Présidente, sont irresponsables. Car, l’apprentissage de la citoyenneté commence avec l’expérience d’une participation active à la vie lycéenne. Tout comme l’éducation à la démocratie passe par l’appréciation des différences comme d’une inépuisable source d’enrichissement réciproque, la conscience qu’aucun être humain ne peut jamais être réduit au pire de lui-même et que les manichéismes constituent le substrat de toutes les violences. A l’heure où les discours médiatiques et politiques ignorent la labilité des identités et réifient des identités ethniques et culturelles qu’ils contribuent à façonner, le soutien régional à des programmes de lutte contre les discriminations apparaît pourtant plus que jamais nécessaire.

Mme la Présidente, vous annoncez poursuivre une politique de maîtrise de l’énergie mais diminuez de 54% le budget consacré à la rénovation des lycées publics et, d’une manière générale, aux travaux de réparation et de maintenance. Et la baisse porte plus spécifiquement sur la rénovation thermique et l’efficacité énergétique qui perdent 80% de leur budget pour les lycées publics et 90% pour les cités mixtes régionales. Or trop d’établissements sont encore de véritables passoires thermiques. Ce qui coûte très cher à la région et contribue à l’émission de gaz à effet de serre. En réalité, vos priorités réelles n’ont strictement rien à voir avec le discours que vous pouvez soutenir. Mme la présidente, vous n’avez cure de l’urgence écologique et semblez n’avoir aucune conscience de la promesse funeste du dérèglement climatique. Vous ignorez complètement les liens de causes à effets entre dérèglement climatique, guerres et crise migratoire. C’est sans doute ce qui vous permet d’affliger davantage encore les migrantEs qui arrivent dans notre région en les privant du peu d’aide qu’ils-elles recevaient. Votre budget nie la responsabilité que nous avons, nous pays engagés depuis deux siècles sur la voie d’un productivisme dangereux, dans le dérèglement climatique et notre plus grande obligation à diminuer drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre. Mme la présidente, en plus d’obérez la possibilité pour notre région de réaliser à termes des économies de fonctionnement, vous faites preuve d’irresponsabilité environnementale.

Vous réduisez à peau de chagrin, moins 66% du montant global des budgets participatifs des lycées consacrés à la rénovation thermique et aux économies d’énergie. J’ai déjà eu l’occasion de vous le dire non seulement vous nous privez d’argent dans la lutte contre le dérèglement climatique mais votre politique est adossée à une vision infantilisante des lycéenNEs que vous refusez de voir comme des partenaires responsables parfaitement capables de gérer de la meilleure des façons les budgets participatifs dont ils-elles avaient la charge. Décidément, Mme La Présidente, vous êtes de droite, une droite rétrograde qui nie la vérité du dérèglement climatique et de ses conséquences,  une droite conservatrice qui refuse d’affranchir là où c’est possible nos lycéenNEs de l’autorité d’unE proviseurE et de son administration.

Enfin, vous rognez le budget consacré à l’introduction d’aliments biologiques dans notre région et continuez d’ignorer que les modes intensifs et industriels de production de notre alimentation exposent tous les jours nos enfants à des substances cancérigènes certaines ou probables. C’est un scandale sanitaire dont nous n’avons pas fini de mesurer les conséquences en termes de santé publique. Et, pourtant, Mme la présidente il semble que cela vous soit indifférent.

Avec mon groupe EELV-A, nous vous avons proposé une série d’amendements gagés qui auraient permis de revenir à une politique budgétaire responsable qui réponde aux vrais dangers auxquels sont confrontéEs nos lycéenNEs : l’inégalité, les discriminations, l’intolérance, le manichéisme, le dérèglement climatique, la mal-bouffe. Malheureusement, vous avez préféré diminuer le budget des lycées publics pour abonder les caisses des lycées privés, ignorer la réalité des effets catastrophiques du dérèglement climatique et notre responsabilité particulière et ne pas considérer les risques sanitaires liés à l’absorption quotidienne de substances cancérigènes. Vos choix budgétaires, Mme la Présidente, constitue une bien mauvaise augure.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s