Le conseil municipal de Melun

Question écrite posée au dernier conseil municipal sur la circulation et à la sécurité des personnes à Melun

A vélo15-02-2014

Melun, le 26 novembre 2014,

Question relative à la circulation et à la sécurité des personnes à Melun, portée par le groupe minoritaire au conseil municipal « Bien vivre à Melun ».
Plusieurs incidents graves ces derniers mois et ces dernières semaines nous poussent à soumettre à la majorité municipale une question relative à la circulation et à la sécurité des personnes dans notre ville et à alerter le conseil municipal de Melun sur les difficultés rencontrées par nos concitoyen-e-s du fait d’un plan de circulation obsolète et dangereux.
C’est un problème connu de tou-te-s et depuis longtemps (c’est en soi un problème).
Notre diagnostic s’impose avec la force de l’évidence :
1) un plan de circulation inadapté aux exigences de sécurité et de santé publiques : la place beaucoup trop grande laissée à la voiture, des trottoirs ridicules où un parent ne peut même pas tenir son enfant par la main (par exemple la côte Saint-Liesne), des personnes à mobilité réduite contraintes de se déplacer sur la chaussée avec les voitures faute d’aménagements adéquats, des vélos qui circulent avec les voitures ou sur les trottoirs ce qui entraine un risque considérable pour les cyclistes et pour les piétons, etc.

2) des infrastructures vétustes et surtout accidentogènes (par exemple, et sans exhaustivité, l’axe allant du pont de Notre Dame au bd Gambetta est une véritable autoroute urbaine à quatre voies puis deux voies qui encourage la vitesse des véhicules, une place Saint-Jean qui fait office de parking et de chicane pour les bolides s’élançant dans la continuité du boulevard Gambetta) ;

3) des décisions a priori raisonnables en matière de sécurité routière mais qui ne s’accompagnent d’aucune application réelle ni, semble-t-il, d’une réflexion quant à leur mise en œuvre (aucune communication sur la nécessité et les objectifs du passage à 30 km/h, aucun outil contraignant les automobilistes à respecter cette nouvelle limitation de vitesse à l’exception de quelques contrôles de police sporadiques et totalement insuffisants).

Chacun peut constater que ça ne va pas et que ça dure ainsi depuis trop longtemps. Il faut apporter des solutions au plus vite et agir, ici et maintenant. Il serait irresponsable d’attendre les réfections promises via le T-Zen, qui n’est pas près d’être en place : d’ici là, des piétons peuvent encore être renversés et des accidents graves endeuiller des familles.

Quand sera enfin conçu un plan de circulation viable et sécurisé/ant qui donne aux modes de circulation douce (marche à pied, vélo, trottinette) toute leur place dans la ville, qui limite la place de la voiture, porte une attention particulière aux enfants et respecte pleinement le droit des personnes handicapées à se déplacer en toute sécurité dans l’espace public ?

Certaines mesures ne couteraient pourtant pas cher à mettre en oeuvre et résoudraient immédiatement des problèmes cruciaux :

− signaler les passages piéton par de la peinture au sol (au hasard, le croisement des rues du Franc Mûrier et Notre Dame avec le pont ND, dont on ne sait si les piétons peuvent simplement les traverser) ;
− boucher quelques nids de poule plutôt que de tout goudronner ;
− faire respecter les décisions relatives à la vitesse : une solution communément adoptée pour réduire la vitesse est de réintroduire le double sens de circulation. Pourquoi ne pas l’envisager (pour le pont Notre Dame par exemple) ? Poser des ralentisseurs au sol dans les rues les plus dangereuses parce que leur tracé permet des vitesses bien supérieures aux limites autorisées (la rue Delaunoy, par exemple)

D’autres mesures s’imposent à brève échéance :
− revoir complètement l’aménagement de la côte Saint-Liesne extrêmement dangereuse,
− réfléchir sérieusement à la promotion et à l’implantation des modes de circulation doux, non polluants et non invasifs comme le vélo, la marche à pied, la trottinette, etc. Il est urgent de dédier une partie de la chaussée à une piste cyclable qui relierait le centre ville au pôle gare (dans un premier temps) et aux différents quartiers de Melun.

Ces questions sont cruciales. Il en va de notre sécurité, de notre santé et du respect de l’égalité des citoyens.
Nous vous remercions par avance de la précision des réponses que vous pourrez nous apporter.

Respectueuses salutations,

Le groupe minoritaire « Bien Vivre à Melun »,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s